Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > > 1er avril 2008 : grève en Midi-Pyrénées

Enregistrer au format PDF

1er avril 2008 : grève en Midi-Pyrénées

mardi 1er avril 2008

Enregistrer au format PDF
< Retour à la carte des régions

Enseignement Agricole Public Midi-Pyrénées
Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire - Syac-CGT CGT Confédération générale du travail - sFOerta - SUD SUD Solidaires unitaires démocratiques Rural - Sgen-CFDT Sgen-CFDT Syndicat général de l’Éducation nationale de la Confédération française démocratique du travail EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur

TOUS EN EN Éducation nationale GRÈVE
le mardi 1er avril 2008 !

Une DGH DGH Dotation globale horaire en forte baisse

La DGH est en forte baisse car s’ajoutent au 1% (au lieu de 3% annoncés par la note de service de septembre 2007 et sur lesquels le ministre a dû revenir du fait de la mobilisation des personnels, des parents d’ élèves et des élèves) les 2,5% de dépassement de l’année 2007-2008.

Ces 2.5% auraient été attribués, selon le SRFD SRFD Services Régionaux de la Formation et du Développement , au maintien des classes et sections à petits effectifs.

  • d’une part, le taux d’élèves dans ces classes ou sections à faible effectif en Midi-Pyrénées est inférieur à la moyenne nationale ;
  • d’autre part, la stigmatisation et la culpabilisation des établissements concernés sont scandaleuses au regard de nos missions de service public ;
  • par ailleurs, ces classes ou sections se trouvent essentiellement dans le secteur de la production. Les fermer pose le problème du maintien d’une offre de formation publique dans ce domaine. La note de service indiquait que ces formations devaient être maintenues...

Ainsi la DGH régionale passerait de plus de 400 000 à 387 000 heures. Il est clair que les fermetures de classes annoncées dans le document préparatoire aux CTPR CTPR Comité technique paritaire régional et CREA ne suffiront pas à " éponger " cette baisse.

Le Directeur Régional de l’Agriculture et de la Forêt a reconnu être arrivé au bout du dialogue de gestion avec la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche et n’avoir rien obtenu.

Cela veut clairement dire que de nombreux établissements subiront une baisse de la DGH (à ce jour le SRFD est incapable de nous donner une répartition de la DGH par établissement) : le chef du SRFD a indiqué que les seuils (de 10 élèves pour une classe, de 8 pour une section) seraient appliqués strictement dès que le recrutement sera terminé (il a parlé de " 5 ou 6 classes " et a cité des classes de production des établissements de Pamiers, Figeac,...).

Que deviendront les élèves qui se seraient inscrit-e-s dans ces classes ou sections ?

Autre conséquence : les chefs d’établissement seront " invités " à " gérer au plus prés " en dégageant des moyens (non dédoublements, regroupements de classes, suppression d’options, etc.).

Enfin, cette gestion aura des conséquences inéluctables sur les personnels d’enseignement dont beaucoup se retrouveront en sous-service... avec la volonté clairement affichée d’imposer des compléments de service dans d’autres établissements.

De nombreuses fermetures de classe
mais surtout dans le public

Le solde des fermetures de classes est de -10 pour l’Enseignement Agricole Public (fermetures de deux classes de BEPA BEPA Brevet d’études professionnelles agricoles , CPA et 3ème à Lavaur, prélicence à Auzeville, BTS BTS Brevet de technicien supérieur GF et Bac STAV à Vic, CAP CAP Commission administrative paritaire

C’est une instance de représentation et de dialogue de la fonction publique française.

Les CAP sont chargées d’examiner des situations individuelles, mais elles soumettent aussi parfois des motions à caractère collectif.
Fleuriste à Tarbes, deux classes de Bac STAV à Figeac, 4ème à Moissac, 4ème à St-Gaudens, Bac Pro " Vente et représentation " à Mirande, gel du Bac Pro Viti-oeno à Cahors que ne compensent pas les ouvertures de CAPA CAPA Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole

Commission Administrative Paritaire Académique
SMR à St-Gaudens, classe passerelle à Cahors et les " coopérations avec l’EN EN Éducation nationale " à Vic pour l’ouverture d’une 1ère S à Vic, Bac Pro 3 ans Vente et négociation à Mirande, en 2009 !).

Par contre, le Privé s’en sort très bien : pour le CREAP, une fermeture d’une classe de 4ème qui était gelée et le gel " vraisemblable " (faute d’élèves !) de la classe de bac pro productions horticoles au lycée de La Cadène ; pour les MFR : CADEAU, pas de fermetures et même transformation d’un BEPA Vente en BEPA Services à la personne à Cologne !

Cette inégalité de traitement entre l’Enseignement Agricole Public et le privé est intolérable alors même que la DRAF nous a indiqué que l’EAP avait perdu plus de 6% d’élèves entre 2002 et 2007 tandis que les établissements privés en avaient gagné...

Des moyens en personnel extrêmement insuffisants

Dans le même temps, les moyens en personnels deviennent extrêmement insuffisants. Alors que le DRAF avait reconnu il y a quelques mois que les établissements étaient en matière de personnels adminitratifs " à la limite du vivable ", le SRFD a récemment déclaré que des établissements de Midi-Pyrénées étaient sur dotés ! Il veut couper et passer de 125 à 96 ETP ETP Équivalent Temps Plein  ! Regardez autour de vous, qui est en trop ?

En ce qui concerne les enseignant-e-s, 19 suppressions de postes nous ont été annoncées. Pour notre part, nous en avions comptabilisé une trentaine. Nous aurons une idée plus précise à la fin du mouvement, mais d’ores et déjà la situation va être très difficile dans certains établissements. Cette politique va généraliser le recours aux précaires et/ou les tentatives d’imposer des heures supplémentaires aux titulaires. Mais avec quels moyens ? De ce côté-là, c’est aussi catastrophique car le budget n’a pas été abondé !

Pour la Vie Scolaire, le peu d’informations dont nous disposons nous indiquent une dégradation du service, les moyens attribués dans le cadre de la Loi de finances 2008 étant insuffisants.

Du côté des TOS TOS (personnels) Techniciens, Ouvriers et de Services , la Région a hérité d’une situation catastrophique mais les titularisations sont insuffisantes au regard des besoins et le traitement des agents contractuels n’est pas acceptable (leurs contrats s’arrêtent le 30 juin ce qui pose des problèmes en termes de fonctionnement des établissements mais surtout est inacceptable d’un point de vue humain pour ces agents).

Ces attaques contre l’Enseignement Agricole Public appellent une riposte forte des personnels. Dans la perspective de la tenue des CTPR et CREA du vendredi 28 mars 2008, d’une audience au Ministère le jeudi 27 mars, les organisations syndicales ont décidé de déposer un préavis de grève pour le mardi 1er avril 2008 et de faire de cette journée une journée de mobilisation.

Assemblée générale des personnels :
10h30 à Toulouse-Auzeville
Rassemblement : 15h
devant la préfecture de région,
place St-Étienne à Toulouse