Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Vie fédérale > 22 mars : le début d’un mouvement de fond

22 mars : le début d’un mouvement de fond

jeudi 29 mars 2018

Enregistrer au format PDF

Les agents des services publics refusent le retour au Moyen-Âge avec d’un côté "les possédants" et de l’autre "la masse laborieuse " sans droits ni ressources.

  • Lettre de la FSU au Ministre Gérald Darmanin du 29 mars 2018 pour dénoncer l’absence d’un dialogue social de qualité concernant la "réforme" de la Fonction Publique.

Les agent.es comme les usagers ont bien conscience des enjeux qui se jouent aujourd’hui pour l’avenir du service public :

• Abandon de missions au profit de privatisations et externalisations
• Démantèlement du statut de la fonction publique
• Accroissement de la précarité
• Marchandisation accrue de services

Pour les missions portées par les agents du ministère de l’agriculture, tous les secteurs risquent de fortes dégradations :

• Enseignement agricole et évolutions de la gouvernance sur la formation professionnelle

• Contrôles sanitaires dégradés et velléités d’externalisation au risque d’accroître les accidents sanitaires

• Réduction d’effectifs par la mutualisation des fonctions, en commençant par les fonctions supports, impactant l’ensemble des services et établissements

CAP CAP Commission administrative paritaire

C’est une instance de représentation et de dialogue de la fonction publique française.

Les CAP sont chargées d’examiner des situations individuelles, mais elles soumettent aussi parfois des motions à caractère collectif.
locales et déconcentration accrue de la gestion des ressources humaines
Bref, un délitement des missions, dont les conséquences toucheront autant les bénéficiaires de nos services, la population de plus en plus exposée aux risques sanitaires, et les agent.es, qui voient leurs conditions de travail, déjà dégradées, s’enfoncer dans une politique rétrograde :

• Mise à mal des conditions de départ à la retraite

• Précarité accentuée et fragilisation des effectifs

• Massification de la rémunération au mérite rendant les salaires de plus en plus aléatoires

• Médecine de prévention en désagrégation ou inexistante

• Suppression des CHSCT CHSCT Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail au travers une révision des compétences des CT

• Organisation d’un plan social dans la fonction publique

Viennent se rajouter aux mesures déjà lancées pour nous étrangler :

• Gel du point d’indice

• Amplification de la part indemnitaire, variable, dans les salaires des fonctionnaires

• Jour de carence

• Augmentation de la CSG

Tout ça pour quoi ?

Répondre à une politique libérale qui, pour servir des intérêts particuliers, agite le chiffon rouge de la dette publique et accuse la fonction publique de tous les maux.

Alors que les vrais parasites, bénéficient des largesses du gouvernement :

• Amplification du CICE

• Suppression de l’impôt sur la fortune

• Baisse de l’impôt sur les sociétés

• Suppression de la taxation sur les dividendes des actionnaires

• Plafonnement de la taxation sur le capital

Un retour au moyen âge, avec des possédants, qu’on appelle aujourd’hui « premiers de cordée », et une masse laborieuse aux ordres, sans ressources et sans droits, puisque dans son sinistre plan pour la « modernisation » de l’action publique, les instances de représentation des personnels sont réduites à peau de chagrin.

Alors nous devons aujourd’hui prendre nos responsabilités.
Nous n’avons plus les moyens d’attendre.

Face aux attaques qui touchent l’ensemble du monde du travail, public et privé, mais aussi chômeurs et chômeuses, retraité-es, nous savons que nous nous engageons durablement dans la lutte contre le démantèlement du service public.

La mobilisation forte des agent.es du ministère et de ses établissements, bien au-delà des précédentes mobilisations, est l’expression d’inquiétudes et d’une exaspération forte contre la « refondation du contrat social avec les agents publics » voulue par le gouvernement.

D’ores et déjà, l’intersyndicale du ministère de l’Agriculture appelle tous les personnels à s’inscrire dans la poursuite de la mobilisation initiée par l’intersyndicale de la Fonction Publique.

Les organisations syndicales signataires ici s’engagent à inviter toutes les organisations du MAA et ses établissements pour une rencontre unitaire afin d’envisager la poursuite des actions pour la sauvegarde du service public et de l’emploi.

L’intersyndicale du MAA et ses établissements : SNETAP-FSU, CGT agri, SNUITAM, SOLIDAIRES, UNSA UNSA Union nationale des syndicats autonomes