Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Carte scolaire > Des orientations à traduire par des actes !

Des orientations à traduire par des actes !

mercredi 13 février 2013

Enregistrer au format PDF

Les demandes des établissements publics, même si elles se recentrent davantage sur du BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole plutôt que vers d’autre classes, sont encore nombreuses. Les 200 emplois prévus au budget 2013 auraient probablement permis d’aller plus loin encore dans la satisfaction de ces demandes si tous avaient été réservés aux emplois de l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
. Hélas, 60 emplois parmi eux sont prévus pour le privé qui avec l’appui des organisations professionnelles agricoles exerce un lobbying très actif en région. Si la priorité donnée aux projets des établissements publics sur les FAEP FAEP Formations à enjeux particuliers par la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche est réelle, les premières remontées de nos représentants régionaux, des choix effectués par les DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt sont assez différentes... Double jeu politique ou fronde de hauts responsables administratifs ?

Formations à enjeux particuliers Rentrée 2013

Les administrations régionales de l’enseignement agricole ont fait remonter cette année 94 projets d’évolutions de structures dont 72 de BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole et pour les niveaux V et IV dans les secteurs de la forêt et de l’environnement, des activités hippiques et de l’élevage canin-félin : 10 projets de CAPA CAPA Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole

Commission Administrative Paritaire Académique
et 11 de baccalauréat professionnel.

11 dossiers sont retenus par la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche  dont 2 fermetures de classes de BTSA et 9 ouvertures de classes de BTSA et 1 de seconde professionnelle PA activités hippiques et 8 de BTSA à partir de critères tels que :

  • la cohérence des dossiers avec les politiques ministérielles ;
  • l’insertion professionnelle à corréler avec la promotion sociale ;
  • l’équilibre géographique
  • l’adéquation des projets avec les moyens notifiés

Le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire regrette que davantage de dossier n’aient pu être retenus même si c’était à prévoir. Il s’inquiète d’un équilibre entre fermeture et ouverture de classe dans le privé, notamment quand une des ouvertures proposée renforce la concurrence avec le service public dans l’inter-région où elle est proposée.

Le Snetap-FSU s’inquiète que, parmi les motifs justifiant des avis négatifs - sans qu’il ne soit précisé s’il s’agit de ceux de la DGER ou des DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt - l’équilibre entre les composantes soit de nouveau évoqué. En effet, le gouvernement et la représentation nationale en créant 140 emplois dans l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
pour 60 dans le privé a donné très clairement la priorité au service public. La directrice générale, en confiant à la délégation Snetap-FSU, reçue en bilatérale dès sa prise de fonction, que l’État n’avait pas vocation à ouvrir des classes de niveau III dans le privé, confirmait les orientations de la majorité.

Le Snetap-FSU demandera les explications qui s’imposent et fera une nouvelle fois porter la voix de ses représentants régionaux à l’occasion du CTEA CTEA Comité Technique de l’Enseignement Agricole du 5 février. Le cas échéant nous en tirerons un certain nombre de conséquences. Des paroles aux actes !