Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Les Mobilisations > Grève des examens : toujours pas de réponse du Ministre

Grève des examens : toujours pas de réponse du Ministre

jeudi 13 juin 2019

Enregistrer au format PDF

L’ntersyndicale de l’Enseignement Agricole public / privé a adressé au Ministre de l’Agriculture un préavis de grève prenant effet le mardi 11 juin. Ce préavis est une première par le nombre et la diversité des organisations signataires (CGT CGT Confédération générale du travail -Agri - Fep-CFDT CFDT Confédération française et démocratique du travail - FO FO Force ouvrière -Enseignement agricole - FO-MFR - Sea-UNSA UNSA Union nationale des syndicats autonomes - SUD SUD Solidaires unitaires démocratiques -Rural territoires - Sneip-CGT - Snec-CFTC - Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire )

Ce préavis a été déposé dans les 5 jours réglementaires avant le déclenchement de la grève, comme le prévoit l’article L2512-2 du code du travail.
Or, comme le rappelle la circulaire ministérielle sur les droits et moyens syndicaux (instruction du Gouvernement SG SG Secrétariat Général /SRH/SDDPRS/2015-1060) : « Pendant la durée du préavis, les parties intéressées sont tenues de négocier ».

Pourtant alors que les 5 jours ont expiré, nous devons constater l’absence de réponse du Ministre ou de ses représentant·es. Par ce silence, nous prenons acte de son refus de négocier, pire de son mépris pour les revendications portées massivement par les personnels et leurs représentant·es.

Nous appelons donc l’ensemble des personnels à poursuivre et amplifier les actions, pour exiger, de la part du Ministre, l’ouverture de négociations avec l’Intersyndicale de l’EA.

Nous appelons les personnels convoqués, dès mardi, aux différentes épreuves à ne pas se rendre sur les centres d’examens, sur la totalité ou une partie des jours de convocation (pour rappel : « un agent public n’est pas tenu de cesser le travail pendant toute la durée indiquée par le préavis et est libre de cesser ou de reprendre le travail au moment qu’il choisit. »).

Le Ministre porte maintenant seul la responsabilité des perturbations qui auront lieu lors de la période des examens. Mobilisons-nous massivement pour faire cesser ce mépris !