Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Communiqués > ASSISES DES RURALITES : Pour qui ? Pour quoi ?

ASSISES DES RURALITES : Pour qui ? Pour quoi ?

samedi 13 décembre 2014

Enregistrer au format PDF

Dans un courrier adressé à Bernadette GROISON le 27 octobre 2012, Sylvia PINEL Ministre du Logement, de l’Égalité, des Territoires et de la Ruralité, invitait la FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire à participer aux "Assises des ruralités".
Malgré le délai très court, le Bureau National du SNETAP-FSU a décidé d’assister, dans la mesure du possible, aux ateliers de ces Assises.

Les Assises des Ruralités ont été lancées le vendredi 12 septembre 2014, à Fère-Champenoise, dans la Marne en présence de Manuel VALLS et se sont clôturées le 24 novembre à Pierrefitte-Nestalas, dans les Hautes Pyrénées en présence à nouveau du premier ministre, preuve de l’importance que semblait donner le gouvernement à celles-ci.
Entre ces deux dates se sont tenus 7 ateliers autour de 7 thématiques différentes dans plusieurs départements en présence de plusieurs ministres.

Ces Assises, devaient être un espace de concertation et de discussions sur l’avenir des territoires ruraux avec l’ensemble des acteurs (associations, syndicats, élus locaux, …) pour « créer les conditions d’un acte fondateur, pour renouveler la présence de l’État, pour reconstruire les liens entre les villes et les campagnes et pour donner aux territoires ruraux les moyens de leur développement propre » selon les propres mots de Manuel VALLS.

Mais au delà des mots on constate d’abord que de toute évidence les syndicats avaient été oubliés au départ de cette concertation puisque la FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire n’a été invitée que le 27 octobre alors que deux ateliers s’étaient déjà tenus et que malgré l’invitation formelle les conditions d’inscription à ces Assises ont été peu transparentes. L’invitation tardive n’a pas permis à la FSU de s’organiser pour véritablement investir ce débat.

Dans les ateliers, si les animateurs ont insisté sur la possibilité pour tous d’intervenir, là aussi on constate que les conditions d’intervention étaient très limitées, et que ce sont surtout les élus qui ont pu s’exprimer. Sylvia PINEL avait pourtant annoncé son intention de donner la parole aux acteurs de terrain.
Les comptes rendus des ateliers montrent d’ailleurs cette prépondérance des interventions des élus.
C’est malheureusement la difficulté de ces grands rassemblements qui n’ont d’intérêt que pour introduire des débats ou lancer un travail plus fin.
A minima le défaut de ce type d’exercice est normalement compensé par la possibilité d’une expression libre par écrit sur un site ou une adresse dédiée.
Ici rien de tout cela.

L’ensemble de ces éléments nous amène à nous interroger sur le choix des modalités du dialogue et plus globalement sur la volonté réelle de dialogue autour des questions de ruralités. Et nous nous interrogeons également sur les objectifs réels de ces Assises alors que le Parlement se prononce sur une réforme territoriale largement contestée.

Pourtant pour le SNETAP-FSU l’intérêt d’un travail spécifique sur l’avenir des territoires ruraux est évident. Elle a d’ailleurs eu l’occasion de s’exprimer sur ces questions que se soit à titre fédéral ou au travers de ses différents syndicats nationaux.

La SNETAP-FSU a noté dans les débats des questions qui l’interpellent : pacte républicain - réorganisation des collectivités territoriales – service public et service au public - qualité des services à la population - dotations aux collectivités - politique en matière de santé – regroupements pédagogiques en zone rurale - éducation prioritaire - réforme des compétences et des financements - …
La SNETAP-FSU demande donc qu’un véritable débat s’instaure avec l’ensemble des acteurs des zones rurales.

Olivier BLEUNVEN
Secrétaire Général Adjoint SNETAP FSU