Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Pétition BTSA : préserver la valeur nationale du diplôme !

Pétition BTSA : préserver la valeur nationale du diplôme !

mercredi 11 février 2009

Enregistrer au format PDF

Nouvelles modalités d’évaluation envisagées en BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole  : nous pouvons encore peser sur le débat !

  • Rappel du dispositif actuel : le BTSA est un examen public organisé dans un cadre national, constitué de deux groupes d’épreuves :

.1er groupe : 3 épreuves terminales représentant 50% de l’examen.
L’ET1 « Expression française et culture socio-économique » est la même dans toutes les options du BTSA (même sujet, même coefficient 5).
Les ET2 ET ET3, de nature et de pondération différentes selon l’option du BTSA, portent sur les connaissances scientifiques, techniques et professionnels propres à chaque formation.

.2ème groupe : 6 épreuves au maximum sous forme de CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation (habilitation par le DRAF)représentant 50% de l’examen.

Le nombre d’épreuves terminales passerait de 3 à 2. Seule serait maintenue sous sa forme actuelle l’ET 1 « Expression française et culture socio-économique » commune à toutes les options de BTSA avec un coefficient de 5. Les actuelles ET2 et ET3 disparaîtraient pour se
retrouver dans une seule et même épreuve terminale, relevant du domaine professionnel.

Le document de travail de la DGER, présenté lors du comité de pilotage BTSA du 9 décembre 2008, précise la finalité de cette épreuve : « évaluer la capacité de mobiliser les acquis attendus d’un technicien supérieur pour faire face à une situation professionnelle. » Quid des connaissances scientifiques et techniques indispensables à un étudiant de BTSA qui souhaite
poursuivre des études de niveau supérieur ?

Le ratio entre épreuves conduites en CCF et épreuves nationales intégratives (épreuves terminales) serait de 22/13, c’est-à-dire que le CCF représenterait 62,8% du diplôme !

Autre hypothèse : le rapport de stage, sous sa forme actuelle, pourrait disparaître puisque le
projet de référentiel de certification du BTSA viticulture oenologie en cours de rénovation précise simplement que le stage servirait de support à l’épreuve terminale mais la notion de rapport de stage n’apparaît à aucun moment.

  • C’est pourquoi nous devons faire la preuve de la détermination des personnels sur le terrain pour pouvoir peser sur les discussions à venir, signer et faire signer massivement la pétition de l’intersyndicale
    Snetap-FSU, Syac-CGT, Sfoerta-FO et SUD-RURAL.