Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Les Communiqués > Décès d’un formateur forestier - Pour que toutes les responsabilités soient (...)

Décès d’un formateur forestier - Pour que toutes les responsabilités soient établies !

mardi 18 décembre 2018

Enregistrer au format PDF

Mardi 18 decembre à 12 h devant le TGI du Puy en Velay (43)

Le 22 septembre 2016, notre collègue, Yoan Berodot, formateur forestier au Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA CFPPA Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole
(formation continue pour adultes)
) de Saugues (43), est decedé du travail, alors qu’il encadrait seul un groupe de sept stagiaires adultes sur un chantier pedagogique de bucheronnage à Chanteuges (43).
Depuis deux ans, cet accident dramatique et les autres accidents graves survenus depuis dans l’Enseignement agricole, demontrent l’extreme dangerosité des activites de bucheronnage et de travaux forestiers. Ce secteur reste le plus accidentogene, avec un taux de frequence de 130 accidents du travail par millier d’heures travaillees, loin devant le BTP (90 Accidents du Travail/millier d’heures travaillees) et la moyenne du regime general (30 Accidents du Travail/millier d’heures travaillees).
Depuis deux ans, nos deux organisations syndicales, la CGT CGT Confédération générale du travail Agri et le SNETAP FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , se sont engagees pour soutenir la famille de notre collegue decedé mais aussi pour empecher que le debat ne se reduise à la recherche de la seule responsabilité du stagiaire adulte, accusé d’homicide involontaire. Nous ne pouvons pas accepter que soient renvoyes face à face la famille de la victime et ce jeune stagiaire sans que soient interrogees les responsabilites de l’employeur, l’etablissement public local de formation professionnelle agricole (EPLEFPA EPLEFPA Établissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole ) de Brioude Bonnefont dont depend le CFFPA de Saugues, et du donneur d’ordre.
Depuis deux ans, nos deux organisations, par l’intermediaire de notre avocat Maitre Weyl, n’ont eu de cesse de demander des investigations complementaires afin d’analyser l’organisation des chantiers et les procedures en matiere de securité dans cet etablissement de formation. Et il aura fallu trois renvois (mars et aout 2017, et janvier 2018), pour que nous ayons enfin l’espoir de l’ouverture d’une information judiciaire, à laquelle le procureur de la Republique s’est opposé jusqu’au bout, pour que soient enfin examines les nombreux elements demontrant le manquement aux obligations de securité incombant à l’employeur.
Aujourd’hui, il n’est plus possible de reduire la responsabilité de cet accident au seul stagiaire qui abattait l’arbre au moment du drame. Si l’issue du jugement devait etre celle-ci, elle ferait donc abstraction complete des conditions dans lesquelles notre collegue et ses stagiaires ont eté amenes à exercer sur ce chantier. En clair l’administration serait dedouanee de tous les manquements aux obligations de securité qui s’imposent pourtant aux etablissements.
Depuis de nombreuses annees, malgré nos alertes sur les risques specifiques auxquels sont exposes les enseignant.es et formateur.ices forestiers qui encadrent des eleves, étudiant.es et stagiaires dans l’apprentissage du bucheronnage, le Ministere de l’Agriculture (autorité de tutelle) et les Régions (financeuses des formations et des équipements) n’ont pas mis en œuvre un rel plan d’action pour la prevention des risques professionnels en chantiers pedagogiques.
Depuis deux ans, nous nous battons pour que les CHSCT CHSCT Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail puissent jouer pleinement leur role, contre les tentatives de l’administration, à tous les niveaux, de les reduire à leur plus simple expression.
Depuis deux ans, les trop rares actions locales de formation mise en œuvre restent insuffisantes. Aussi, face au drame subit par la famille de notre collegue Yoann Béodot, nous restons engages et determines pour que ’ d’autres accidents mortels en situation de formation ne se reproduisent pas
Aujourd’hui, nos deux organisations syndicales, avec l’appui des organisations CGT et FSU de Haute-Loire et d’Auvergne se reunissent une nouvelle fois devant le tribunal du Puy en Velay pour temoigner de leur soutien à la famille de notre collegue et demontrer par leur presence de la necessité de la prise en compte reelle de la dangerosité de nos metiers au sein de nos etablissements.

Le Puy en Velay le mardi 18 décembre 2018