Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Vie internationale > Les émeutes de la faim dans le monde

Les émeutes de la faim dans le monde

jeudi 5 juin 2008

Enregistrer au format PDF

Quelques propos et rapports d’organisations internationales ou de personnalités issues de la société civile ou politique.

  • Jean ZIEGLER : rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation a déclaré à la radio allemande : « La fabrication de biocarburants est aujourd’hui un crime comme l’humanité ».

Il a appelé le fonds monétaire international à changer sa politique de subventions agricoles estimant que l’apiculture doit être subventionnée dans des secteurs où elle assure la survie des populations.

Il a aussi critiqué l’Union Européenne pour sa politique de subventions l’accusant de dumping agricole en Afrique : « l’UE finance l’exportation d’excédents alimentaires européens en Afrique où ils sont proposés à la moitié ou un tiers du prix. Cela ruine totalement l’apiculture africaine ».

Il dit aussi que « la spéculation boursière internationale sur les matières alimentaires doit cesser ».

Dans le journal Libération, il a averti que le monde se dirigeait « vers une très longue période d’émeutes ».

Le 3 juin 2008, en direct de la FAO à Rome, interrogé par France 3, il a estimé que les premières discussions et préconisation sur la question des agrocarburants étaient décevantes et n’allaient pas dans le bon sens.

Le SNETAP FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire posera la problématique des agrocarburants lors de la réunion du réseau Vie internationale.

  • La FAO s’est alarmée de la situation d’urgence dans 37 pays pauvres allant jusqu’à des émeutes de la faim, liée à l’envolée mondiale des prix des céréales.

Jacques DIOUF, directeur général FAO, a estimé que la facture des importations céréalières des pays les plus pauvres, qui va au delà de 56 % en 2008, « a un impact dévastateur sur la sécurité de nombreux peuples et sur les droits de l’homme ».

  • Du 3 au 5 juin une conférence sur la Sécurité alimentaire est organisée à Rome.

Les chefs d’état, les gouvernements des 191 membres de l’ONU y sont invités. « Il nous faudra décider de mesures immédiatés urgentes » parmi lesquelles

  • des investissements dans l’appareil productif agricole des pays pauvres,
  • une opération massive de distribution de semences et fertilisants,
  • la remise en cause des politiques agricoles menés au cours des 20 dernières années (effort insuffisant des banques internationales),
  • la remise en cause de l’absence de politique de protection des ressources en eau, absence de politique mondiale sur le développement des biocarburants qui a drainé 100 millions de tonnes de céréales, de soja hors du marché alimentaire.

Source : rapport sur l’état de l’agriculture dans le monde, parrainé par 5 agences des Nations Unies dont l’UNESCO.

En avril 2008, ce rapport international a été présenté à l’UNESCO, il souligne « l’urgence de changer les règles de l’agriculture mondiale ».

Les auteurs du rapport estiment que les bénéfices des progrès dans la recherche agricole depuis 50 ans ont considérablement amélioré la productivité mais les bénéfices de ces progrès ont été très inégalement partagés, tout en se traduisant par un coût social et environnemental important.

Le rapport préconise aussi une meillleure prise en compte de :

  • la protection des ressources naturelles,
  • la valorisation des pratiques dites agro-écologiques (utilisation engrais naturels, semences traditionnelles),
  • la proximité entre la production des matières agricoles et les consommateurs auxquelles elles sont destinées.

Le rapport relève en Amérique du Nord et Europe de la force des grandes multinationales sur les sciences agricoles et leurs priorités.

Note : ce rapport a été effectué dans le cadre de l’évaluation internationale des Sciences et technologies agricoles au service du développement (initiative lancée en 2002 par la banque mondiale et la FAO lors du sommet mondial pour le développement durable de Johannesburg.

  • Article de Jean Claude GUILLEBAUD : « Orages à Dakar »

Le SNETAP portera au débat les problèmes de la souveraineté alimentaire, et des agrocarburants, lors de la réunion du réseau.

En l’attente il rappelle le mandat de Congrès Albi (novembre 2007) sur le développement durable (motion Pédagogie et Vie scolaire, partie 3).