Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Réforme du BAC STAV... Quand le mépris continue…

Réforme du BAC STAV... Quand le mépris continue…

mardi 1er octobre 2019

Enregistrer au format PDF

En prévision du CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole du 3 octobre (initialement prévu le 26 septembre) pour lequel nous n’avons reçu les documents préparatoires que le 27 septembre… nous découvrons des changements substantiels notamment du point de vue de l’évaluation mais aussi du contenu du programme de certaines disciplines. Donc 3 jours avant une instance nationale (qui n’est que consultative…), la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche décide de modifier l’évaluation pour la classe de première du nouveau Bac STAV.

Un CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation de plus en mathématiques et en histoire géographie...dès la première !

Première modification : concernant les épreuves du premier groupe, pour les candidats bénéficiant du CCF, une situation d’évaluation a été ajoutée en classe de première pour les épreuves de « Mathématiques et TIM » et « Histoire-géographie ». Alors que cela n’était pas prévu et donc dans l’impréparation totale, sans se préoccuper de l’organisation, du fonctionnement des équipes pédagogiques sur le terrain (ni des élèves à qui ont déjà été communiqué le prévisionnel des CCF), il faut rajouter au plan d’évaluation deux CCF ! Quel mépris !

Deuxième modification : l’épreuve « Histoire-géographie-Education socioculturelle » pour les candidats hors-CCF a également été modifiée et prendra la forme d’une épreuve orale de 30 minutes. On pourra ici s’étonner de cette modification majeure (passer d’un écrit de 2h, initialement prévu, à un oral de 30 minutes), sans justification et qui introduit une distorsion importante entre les candidat.es. Il est évident que les évaluations orales ont toute leur pertinence mais les compétences évaluées ne sont pas les mêmes, par exemple.

Des équipes toujours dans l’ignorance
Ce sentiment de mépris augmente avec l’ignorance dans laquelle sont laissées les équipes. Que d’incertitudes et manque d’information concernant : le calendrier des épreuves de spécialités, des CCF de terminale, la préparation du grand oral, l’organisation et la prise en compte des 10 % du contrôle continu ou encore l’évaluation des stages en entreprise.

Paris, le 1er octobre 2019