Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Remarques du SNETAP-FSU sur l’étude générale du CAPA

CPC Plénière 7 février 2012

Remarques du SNETAP-FSU sur l’étude générale du CAPA

lundi 13 février 2012

Enregistrer au format PDF

Lors de la CPC plénière du 7 février 2012, étaient présentés les résultats de l’étude générale du CAPA CAPA Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole

Commission Administrative Paritaire Académique
, préalable à la rénovation de ce diplôme. Elle a été demandée par la sous direction des politiques de formation et d’éducation de la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche .

L’objectif de cette étude, annoncée en début d’année scolaire, était de construire des hypothèses sur l’évolution du positionnement du CAPA CAPA Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole

Commission Administrative Paritaire Académique
en tant que diplôme d’insertion professionnelle de niveau V et sur l’évolution de la qualification et de la formation en regard des emplois du salariat agricole.

Cette étude a été menée par le réseau des Délégués Régionaux à l’Ingénierie de Formation (DRIF DRIF Délégués régionaux à l’ingénierie de formation. ) en collaboration avec l’Inspection de l’Enseignement Agricole (IEA) et Eduter (AgroSup Dijon).

L’étude générale s’appuie notamment sur les statistiques du MAAPRAT MAAPRAT Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire (dont les enquêtes insertion à 7 et 33 mois) et la réunion d’un groupe métiers (employeurs et salariés).
Elle fait un certain nombre de constats mais ne préconise pas encore d’orientations nouvelles pour le diplôme. Selon Monsieur Gilles TATIN (DRIF de la région Centre) rapporteur de cette étude, le travail n’est pas terminé, car le groupe doit encore travailler afin de se mettre d’accord les orientations à proposer.

À ce stade les conclusions de cette étude ne font que confirmer un certain nombre d’idées et de pressentis :

* En 2010 il y avait 20 000 élèves en CAPA dont 50% scolaires et 50% apprentissage. 58% de ces élèves étaient dans le privé, soit 42% dans le public (avec 73% en apprentissage public).
Le taux de réussite aux examens se repartit de la façon suivante :
87% CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation scolaire,
84% CCF apprentissage,
60% UC UC Unités de Contrôle Capitalisables .

* En formation initiale il y a une large prédominance de la filière service (53 %) alors qu’en apprentissage se sont les travaux paysagers qui prédominent (50 %).

* 60 % des élèves et 50 % des apprentis poursuivent leurs études,et l’insertion professionnelle est de 70 % pour les élèves et 80 % pour les apprentis.

Le SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire est intervenu pour indiquer :
  • l’urgence de se pencher sur le CAPA du fait des répercussions de la RVP RVP Rénovation de la voie professionnelle (chose qui n’avait pas eu lieu avant du fait du peu d’intérêt que l’on portait à cette formation).
  • son opposition à un CAPA trop généraliste, du fait du besoin de sens et de support de motivation des jeunes, rejetant les formations trop scolaires du collège.
  • le constat d’un CAPA par UC avec un taux de réussite beaucoup plus faible (même s’il peut être terminé en 5 ans... ).
  • la pertinence de la question de la poursuite d’étude : une période d’adaptation s’avérait nécessaire pour l’entrée en bac pro.

Le SNETAP-FSU a demandé des précisions sur les périodes prises en compte pour l’enquête, car la référence au BEPA BEPA Brevet d’études professionnelles agricoles n’était plus pertinente (réponse de 2008 à 2011 suivant les items). Il serait donc intéressant d’avoir des retours statistiques des futurs résultats de la 1ère promo de bac pro rénové, avec un suivi des entrées et des sorties d’anciens CAPA, et de leur taux de réussite au bac.

Claire PINAULT
SNETAP-FSU
Secrétaire Régional Ile de France