Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Il faut renforcer le CAPA

Déclaration SNETAP-FSU

Il faut renforcer le CAPA

CNS Études générales du 5 octobre 2011

lundi 13 février 2012

Enregistrer au format PDF

Alors qu’elle n’est pas encore arrivée à son terme, la rénovation de la voie professionnelle est déjà en panne. L’ambition première d’une élévation du niveau de nos élèves et apprentis ne fonctionne pas :

  • il y a ensuite l’effet des « chaises musicales » entre le Bac Techno et le Bac Pro. On constate une baisse conséquente des effectifs en Bac STAV alors que dans le même temps le nombre d’élèves augmente en Bac Pro. En parallèle, les enquêtes de rentrée montrent une perte d’élèves à l’issue de la classe de 3ème, que l’on ne retrouve donc pas
    dans les classes de seconde ou de CAPA CAPA Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole

    Commission Administrative Paritaire Académique
    . Cela veut dire qu’un nombre important d’élèves ne trouvent pas leur place dans les différentes formations.

Pour le SNETAP la seule vrai réponse à ce constat d’échec est un retour à une formation professionnelle en 4 ans qui, en plus du Bac Pro, comprend une formation et un diplôme BEPA en examen terminal. Cette formation diplômante en 4 ans permet une progression valorisante pour des élèves en difficulté tout en maintenant un diplôme de niveau V reconnu par les professionnels au travers des conventions collectives.

Se pose alors la question du CAPA dans ce dispositif.

Pour le SNETAP, le maintien et le renforcement du CAPA est une évidence car il répond à une demande sociale et professionnelle.
Ce diplôme doit garder son caractère professionnalisant fort, mais pour autant il ne doit pas être totalement déconnecté du BEPA et du Bac Pro. Il doit donc y avoir une cohérence entre ces formations pour permettre aux élèves qui le souhaitent et qui en ont la possibilité de poursuivre leurs études. Cette cohérence est particulièrement importante en matière générale.

La réponse par le tout apprentissage ne peut être satisfaisante. Des formations en 2 ans par la voie initiale scolaire sont indispensables.
D’ailleurs sur l’apprentissage il y a nécessité à harmoniser entre les régions régions et entre les établissements les horaires de formations et les modes dévaluation. Il y a d’énormes disparités qui remettent en cause le caractère national de ce diplôme.

La rénovation du CAPA doit donc s’attacher à en refaire un diplôme à caractère national. La formation en deux ans doit avoir une identité professionnelle forte permettant une véritable insertion professionnelle. Cette formation initiale doit aussi renforcer la part de l’enseignement général en lien avec le Bac Pro pour permettre à quelques élèves ou apprentis de poursuivre leurs études au niveau IV.
Le CAPA doit gagner en identité pour donner une meilleure lisibilité du niveau V aux familles et aux professionnels.