Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Communiqués > Le Snetap-FSU dénonce les choix de la DGER en matière de dialogue (...)

CONSEIL NATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE

Le Snetap-FSU dénonce les choix de la DGER en matière de dialogue social

mercredi 13 décembre 2017

Enregistrer au format PDF

Le CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole était convoqué le mercredi 13 décembre. Avant l’ouverture de ses travaux, une vingtaine de militant.es du Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire sont intervenu.es en force pour dénoncer les conditions d’un dialogue social tronqué qui ne cesse de se restreindre depuis la mise en place du nouveau gouvernement. Le Conseil National ne s’est pas tenu et est reporté à une date ultérieure.

Depuis la rentrée, le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire fait entendre son inquiétude face à l’absence de consultation de l’Enseignement Agricole sur les grandes réformes du système éducatif (entrée dans l’enseignement supérieur, baccalauréat, voie professionnelle et apprentissage, DNB, …) mais aussi face au peu de cas fait de la formation agricole dans les États Généraux de l’Alimentation.
Depuis plusieurs mois le gouvernement avance à marche forcée sur des réformes qui pourraient changer profondément le système éducatif en général et l’enseignement agricole en particulier sans qu’il ne soit envisagé d’en consulter les acteurs. Ce déni de l’avis des personnels de l’Enseignement Agricole Public est inacceptable pour le Snetap-FSU.

Dans le prolongement de cette dénégation de la voix des personnels, la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche entend, sans concertation préalable, modifier le périmètre de compétences du CTEA CTEA Comité Technique de l’Enseignement Agricole et du CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole . Elle compte ainsi renvoyer tous les textes relevant des politiques scolaires au seul examen du CNEA. Pour le Snetap-FSU, la volonté de la Direction Générale de revoir l’organisation de ces instances n’est pas conforme aux textes réglementaires qui les régissent. Il rappelle par exemple que le CTEA CTEA Comité Technique de l’Enseignement Agricole doit être consulté sur « toutes les questions communes à plusieurs ou à l’ensemble des services centraux ou déconcentrés, chargés de l’enseignement agricole public, ... ».
Mais au-delà de déroger aux textes en vigueur, en ne présentant plus les projets de textes liés aux questions éducatives devant le CTEA, instance propre au service public d’EA, elle fait le choix délibéré de renforcer le poids de l’enseignement privé sur les orientations en matière de politique éducative. Elle fait fi également de l’histoire de ces instances et de la construction ancienne du dialogue social en leur sein.

Pour illustrer ces dysfonctionnements, le Snetap-FSU a pris l’exemple du "Plan étudiants", à l’ordre du jour de ce CNEA comme simple point d’information. L’Enseignement Agricole ayant été totalement absent des concertations qui se sont déroulées entre les mois de juillet et octobre, nous avions demandé à pouvoir débattre de sa mise en œuvre dans l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
. Il convient d’ailleurs de rappeler que l’Enseignement Agricole avait dans un premier temps été purement et simplement écarté du « Plan étudiants » et qu’il a fallu l’intervention de la FSU pour que le Ministre de l’Éducation Nationale réalise que nos lycéens étaient également concernés... Inquiétant ! Mais ce n’est pas tout, en réponse aux personnels réclamant des informations précises sur les nouvelles procédures d’orientation des bachelier.ères des lycées agricoles et sur les dispositifs à mettre en place, le Snetap-FSU avait demandé que ce point soit porté à l’ordre du jour du dernier CTEA... essuyant une fin de non recevoir aussi abrupte que déplacée. Or, le présenter aujourd’hui comme simple point d’information aux représentant.es de l’Enseignement Agricole – sans même un document d’appui – dénote d’une forme de mépris de nos avis et des demandes des équipes en charge de la mise en œuvre du dispositif. Inadmissible !

L’action du Snetap-FSU devant le CNEA traduit un ras le bol que le Directeur Général doit entendre. Nous attendons maintenant qu’il repose dans les plus brefs délais les bases d’un véritable dialogue garantissant à l’enseignement agricole public et aux représentant.es de ses personnels d’être entendus.

Paris 13.12.2017

Portfolio