Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Les Communiqués > Un ministre de l’Agriculture qui préfère sortir par une porte dérobée plutôt (...)

Un ministre de l’Agriculture qui préfère sortir par une porte dérobée plutôt que de s’adresser à ses agents !

vendredi 6 juillet 2018

Enregistrer au format PDF

« Y voudrait bien... mais y peut point... » - c’est à peu de chose près la réponse adressée par le cabinet du ministre de l’Agriculture ce mercredi 4 juillet en milieu d’après-midi à la demande réitérée de l’Intersyndicale de l’Enseignement Agricole Public (SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , CGT CGT Confédération générale du travail Agri, SUD SUD Solidaires unitaires démocratiques Rural Territoires) de rencontrer le ministre en urgence.

Le communiqué

Cette demande s’inscrivait dans un contexte de mécontentement grandissant des personnels des lycées comme des CFA CFA Centre de Formation d’Apprentis publics agricoles, qui sont entrés pour nombre d’entre eux dans des actions fortes depuis la mi-mai maintenant sur la période des examens (chose rare dans le monde éducatif) – refus de répondre aux convocations et blocages d’une douzaine de centres de correction.

Pourquoi ?

Un budget en berne, une filière générale en lycée agricole mise en extinction sous 5 ans en l’état du projet de réforme « Blanquer » du bac et plusieurs milliers d’agents des CFA publics (dont 70% sont précaires) menacés à 2 ans d’un véritable plan social qui ne dit pas son nom, en tout cas si le projet de loi « Pénicaud » de libéralisation sans réserve de l’apprentissage, actuellement au Sénat, devait rester en l’état...

D’où cette interrogation légitime des personnels mobilisés... « mais il est où Stéphane » ?

« S’il ne vient pas à ses personnels, ce sont eux qui iront à lui... » - une trentaine d’agents de l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
ont donc, devant ce refus, décidé de venir à lui faute qu’il prenne des dispositions pour venir à eux... en s’adaptant à son agenda « de ministre ». Ainsi, Stéphane Travert était-il annoncé comme le ministre venant clôturer entre 12h30 et 13h ce 5 juillet un forum organisé par le Club Demeter, forum intitulé « l’Agriculture en 3 D – Défense Diplomatie Développement » et qui se tenait dans le 15ème arrondissement de Paris dans des locaux du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

« Il aurait pu... mais y veut point ! » - oui mais voilà, c’est pas qui peut point... en fait ! Les personnels ont manifesté in situ de 12h à 15h, mais s’ils ont pu échanger avec un nombre certains de congressistes, y compris avec l’actuel directeur de l’INRA INRA Institut National de Recherche Agronomique , ancien directeur de cabinet de Stéphane Le Foll, ou encore avec les services de renseignements de la Préfecture de Paris... en revanche, point de ministre Travert...
Ainsi, en dépit d’échanges par textos avec le Directeur Général de l’Enseignement et de la Recherche comme avec la Conseillère du Ministre aux relations sociales et à l’enseignement agricole, les seuls émissaires envoyés étaient « en bleu » ! Ils furent cordiaux et on a même pu parler... agriculture !

Reste qu’alors que les manifestants croquaient dans leurs sandwichs, le ministre lui devait être au buffet.
Vers 16h, son cabinet exprimait pourtant quelques regrets.

En effet, le ministre – contacté par texto – aurait finalement reçu celui-ci alors qu’il venait de rentrer à son ministère... C’est ballot ! Après ce qui est sûr, car factuel :

1. c’est qu’il n’a même pas daigné envoyer quelqu’un de son cabinet pour un échange avec les agents de l’EAP qui avaient fait le déplacement parce que légitimement inquiets pour leurs établissements et leurs élèves...

2. et qu’il a quitté les lieux par une porte dérobée. No comment !

EPILOGUE... Les personnels eux se sont quittés en reprenant date... Non, le mépris n’aura qu’un temps, là où le temps de la mobilisation d’agents attachés à leur outil de travail et à la qualité des formations dispensées dans l’EAP s’inscrit dans la durée. Rendez-vous est pris pour la rentrée, « un ministre prévenu est censé en valoir deux »... ça tombe bien, il y a du travail !