Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > > Rouffach - le SNETAP-FSU et la CGT (...)

Enregistrer au format PDF

Rouffach - le SNETAP-FSU et la CGT Agri Grand Est s’invitent à la rentrée du ministre.

mardi 11 septembre 2018

Enregistrer au format PDF
< Retour à la carte des régions

Stéphane Travert fuit les difficultés !

Compte-rendu de l’audience

Communiqué du Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire

Le 6 septembre 2018, les représentants des personnels des sections régionales et locales Snetap-FSU, CGT CGT Confédération générale du travail -agri et Sud rural du Gd-Est ont demandé à être reçus par le Ministre de l’agriculture qui faisait sa rentrée au Lycée agricole de Rouffach dans le Haut-Rhin, pour lui faire part des nombreuses sources d’inquiétudes que ne manquent pas de produire les réformes en cours.

Le Ministre, n’a pas trouvé quelques minutes à donner aux représentants des personnels et les a renvoyé en audience auprès de son directeur général de l’enseignement et de la recherche Philippe Vinçon.

Celui-ci, plutôt que de répondre aux questions transmises par la délégation, a d’emblée pris la parole pour livrer son message :« La rentrée est un moment très important ; les réformes en cours nécessitent une démarche collective de tous les acteurs de l’Enseignement agricole ».

Et, sans entendre les inquiétudes soulevées par les représentants des personnels, il a estimé qu’il devraient être rassurés par les démarches de contractualisation entreprises par des DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt et des régions régions

En conclusion de l’audience, il a annoncé un séminaire de 3 jours des directeurs d’établissements agricole public en présence des régions et des branches professionnelles concernant la réforme de l’Apprentissage et souhaité solliciter les agents à posteriori pour qu’ils adressent à leurs directeurs, les questions relatives à la réforme.

Très clairement, il demande aux agents de couper court au dialogue social et de passer par leur directeur qui serait mieux à même de transmettre leurs inquiétudes.
Le 10 septembre à Paris