Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Logo FSU

Accueil > Les Dossiers > Vie fédérale > Les congrès de la FSU > congrès de Lille 2010 > L’action sociale sera ce que la FSU voudra qu’elle soit !

L’action sociale sera ce que la FSU voudra qu’elle soit !

lundi 18 janvier 2010

Enregistrer au format PDF

Intervention à la tribune au congrès de la FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire à Lille le 3 février 2010

  • Tout d’abord merci d’avoir repris à la demande du Snetap, d’une part la réécriture quasi intégrale de l’article II.10.6 et d’avoir inclus une notion importante pour notre organisation qui est l’accès à l’Action Sociale à tous les titulaires, les personnels précaires ainsi que tous les personnels payés sur budget d’établissement.
  • Je n’en dirai pas autant de l’article III.8.
    -* Il ne répond pas à nos interrogations, il ne donne pas de mandats, de perspectives pour l’avenir.
  • L’action sociale, c’est l’élément, l’ingrédient indispensable qui permet à certaines organisations de signer les accords salariaux. Qu’on se rappelle 2003 et 2006 !
    Et, il est vrai qu’il est plus facile d’accoler un volet social aux négociations salariales que d’augmenter le point d’indice de chaque agent !
  • Cela, la FSU l’a bien compris. Elle n’en est pas dupe ! Par contre ce que la FSU n’a pas complètement saisi, c’est toutes les conséquences qui se jouent aujourd’hui sur le terrain.
  • Les fusions, les restructurations frappent tous les ministères ! Par la mise en place de la RGPP RGPP Révision générale des politiques publiques et de la Réate. Cela n’est pas sans incidence sur l’action sociale. Cela l’impacte déjà.

Oui, il existe un groupe de travail à la FSU depuis 3 ans sur ce sujet d’importance.

  • Dans ces instances, mais tout autant sur le terrain :
  • nous avons besoin d’y voir clair !
  • nous avons besoin d’une feuille de route !
  • nous avons besoin que notre fédération se positionnne sur ce sujet !

L’action sociale est multiple, chaque ministère a sa façon de la décliner, de la tordre aussi, de la faire vivre parfois.

  • Comment s’y repérer ?
  • Quelle sera la meilleure manière pour répondre aux besoins sociaux des agents ?
  • Quel choix, déterminant, la FSU veut-elle faire ?
    • Celui du maintien de l’existant ?
    • Celui d’une action sociale interministérielle comme socle de l’action sociale ? Et, dans ce cas, que deviendront les niveaux ministériels ? Départemental ?
    • Un autre choix encore ? par exemple orienté vers les autres fonctions publiques, territoriale ? Hospitalière ?

L’action sociale sera ce la FSU voudra qu’elle soit. Elle existera que si nous nous donnons les moyens de la penser, et de la faire vivre. Il ne suffit pas de parler du social, il est urgent de mettre nos pensées et nos paroles en action.

Patricia Ebersveiller