SNETAP-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public

Accueil > Nos Actions > « Mais où est passé Monsieur Le Maire ? »

« Mais où est passé Monsieur Le Maire ? »

lundi 6 février 2012

Enregistrer au format PDF

Tract distribué devant le siège parisien de l’UMP

Des permanences "visitées"

Paris
Permanence de Seine-Maritime Seine-Maritime
...
Permanence de la Haute-Marne
Permanence de la Marne

Pourquoi cette campagne de recherche du Ministre ?

Le Ministre de l’Agriculture ne répond plus aux demandes d’audience des syndicats et ce faisant se dérobe aux fonctions qui lui ont été attribuées par décret, mais sans doute qu’assurer la direction d’un département ministériel est, en période de campagne électorale, moins exaltant qu’un service commandé, pardon... une mission politique partisane.

Pourtant, pour un ministre qui s’exprime doctement (face caméra) sur les bienfaits de l’autonomie et de l’individualisation, il est pour le moins curieux qu’il se prive du retour des praticiens du système d’enseignement public dont il a pourtant la charge... A moins bien sûr qu’il ne s’agisse pas ici de forger un projet ambitieux pour l’Education de notre pays, mais plutôt de poursuivre dans la voie de la privatisation d’une Ecole pensée comme une entreprise... hésitant entre MFR et Acadomia !

De même, ça n’est pas le moindre paradoxe pour un ministre qui a clairement repris la politique de ses sombres prédécesseurs, qu’il avait pourtant lui-même qualifiée de « politique du rat crevé au fil de l’eau », que d’aborder le front haut un Salon International de l’Agriculture (du 25 février au 4 mars) qui mettra à l’honneur cette année les métiers et les formations de l’agriculture... Interrogé par l’AFP, notre improbable ministre ne s’est pas démonté et a plaidé pour l’enseignement agricole, un « enseignement d’excellence » qui forme chaque année plus de 190.000 jeunes... et de conclure que « dans un pays qui souffre du chômage, et en particulier du chômage des jeunes, une formation qui permet à près de neuf jeunes sur dix de trouver un emploi à la sortie est une formation d’avenir qui mérite d’être reconnue et mise en valeur ».
Mise en valeur... avec année après année la litanie imposée des dotations horaires en baisse, sur fond de réformes au rabais, des classes, sections, options fermées, des effectifs plafonnés et des élèves repoussés de nos établissements publics etc. Mais comme on dit dans nos campagnes « dans la gène... il n’y a pas de plaisir » !

Ce qui est sûr c’est que les personnels de l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
ne peuvent accepter de s’en tenir à ce type de postures médiatiques et s’en tenir à ces fins de non recevoir répétées de la part de leur ministre de tutelle, devenu un ministre « aux abonnés absents », alors même que l’ensemble des instances de pilotages de l’EAP sont boycottées depuis octobre maintenant !

La Campagne Nationale d’interpellation de notre Ministre est lancée !

Aussi, le Conseil Syndical National du SNETAP, réuni les 11 et 12 janvier, a décidé de lancer une campagne nationale d’interpellation systématique de ce ministre « en campagne » pour le compte du parti présidentiel, par voie de presse (cf. modèle de petite annonce ci-dessous) et directement à chacun de ses déplacements. Déjà un rendez-vous manqué en Maine-et-Loire avec nos militants de Pays-de-la-Loire le 18 janvier... notre bon ministre ayant annulé sa venue sur Angers pour l’inauguration du nouveau laboratoire de la santé des végétaux , mais ça n’est que partie remise...

Point d’orgue le 9 février : rendez-vous citoyen devant les permanences UMP !

En effet, si Monsieur Le Maire ne vient pas à nous (même les traditionnels v½ux ministériels convenus, vides et creux, se font attendre en cette fin janvier)... alors qu’il soit convaincu que les Personnels de l’Enseignement Agricole Public iront à lui.

Frédéric Chassagnette
Secrétaire Général adjoint