Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > > Nord-Pas De Calais : BOYCOTT CREA du 10 FÉVRIER

Enregistrer au format PDF

Nord-Pas De Calais : BOYCOTT CREA du 10 FÉVRIER

lundi 13 février 2012

< Retour à la carte des régions |

COMMUNIQUE NORD/PAS DE CALAIS AU CREA

Notre organisation syndicale, le Snetap-Fsu, a obtenu pour notre Région tous les sièges à pourvoir, lors des dernières consultations sur la représentativité syndicale au CREA,CTREA CTREA Comité Technique Régional de l’Enseignement Agricole

Son rôle
,CCP CCP Commission Consultative Paritaire

La confiance de nos collègues de l’Enseignement Agricole Public, nous a été ainsi témoignée pour nos actions et nos prises de position en faveur de l’Enseignement Agricole-vous noterez l’absence de qualificatif dans l’expression-un Enseignement que de nombreux Ministres « ont laissé couler au fil de l’eau, comme le rat mort »Cette constatation, ces propos, ne sont pas ceux du Snetap-Fsu ,mais ceux de notre Ministre de l’Agriculture actuel Mr Bruno Le Maire. J’ai sciemment évité de dire, notre Ministre de tutelle car ce dernier a pris le parti délibéré d’ignorer ce pourquoi il avait été nommé : plutôt que de s’occuper de ses moutons, il préfère garder les ouailles d’un Parti de Gouvernement pour un candidat à l’élection présidentielle. Depuis lors, les demandes d’audience consécutives à des décisions budgétaires et pédagogiques iniques sont restées lettre morte. Comment croire à des pseudos assises qui génèrent des budgets de misère pour l’Enseignement Agricole Public, lorsque l’on va « arroser » des MFR à Etampes et pérorer sur leur efficacité supposée ?
Comment expliquer, la LOLF LOLF Loi Organique relative aux Lois de Finances et la fongibilité aidant, que l’on puisse grever de 3 million d’euros le Budget de l’Enseignement Supérieur Agricole, un budget « sanctuarisé » soit disant par ses collègues du Ministère du Budget, un budget-je file la métaphore-sacrifié sur l’autel de l’aide aux agriculteurs victimes de la sécheresse !

M. Le Maire peut être aperçu rue de Vaugirard (Paris XV), certainement pas au siège du SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , mais dans un garage réaménagé pour un Parti politique ! Est-ce prémonitoire de se trouver ainsi sur une voie de garage ?
Notre Ministre refuse de nous voir ?
Pas de problème, le SNETAP-FSU, le SYGMA et la CGT CGT Confédération générale du travail s’invitent chez lui en intersyndicale et l’obligent à les recevoir pour parler de « Déprécarisation ».
Le SNETAP-FSU a décidé de continuer cette stratégie du « rappel à l’ordre » du Ministre de l’Agriculture en boycottant toutes les Instances nationales et régionales et en multipliant les actions spectaculaires.

Avec l’accord de mes camarades, j’ai décidé de venir ce jour expliquer pourquoi nous refusons de participer à ces instances et donc, à ce CREA.

Pour ce qui concerne notre position Régionale, solidaire de celle Nationale, nous estimons nécessaire une POLITIQUE DISCRIMINATOIRE POSITIVE, une politique de l’Enseignement Agricole Régionale qui permette de faire respecter l’Alinéa 13 du Préambule de la Constitution que nul ici n’est sensé ignorer ; j’ajouterai qu’ historiquement, la Constitution Française est nettement antérieure à la création, par quelques ecclésiastiques, d’Etablissements Agricoles Privés qui bénéficient de crédits nationaux augmentés des participations financières des Parents !
L’Enseignement Privé Hégémonique de notre Région s’émeut quand l’Enseignement Public Agricole amorce une progression de 2% pour atteindre 20,60 % des effectifs, sans pour cela utiliser une quelconque stratégie agressive vis-à-vis de ses « concurrents ».
Nous demandons aux Représentants Régionaux du Ministère de l’Agriculture de rééquilibrer la « balance » en privilégiant les ouvertures dans l’Enseignement Agricole Public pour atteindre à terme les 50%.

C’est ainsi que l’on pourra réellement parler de choix des familles.

En consultant les documents fournis pour le CREA, on ne peut que s’étonner en lisant les chiffres : 0 demande de créations pour le Public et 21 pour le Privé. Deux types de questions se posent :
* L’Enseignement Public manque-t-il de dynamisme ? L’Enseignement Privé est-il dynamique ?
* L’Enseignement Public n’a-t-il plus de crédits pour se développer ? L’Enseignement Privé est-il plus riche ?
Je pense plutôt, en concluant mon propos, qu’en « période d’austérité « Régionale (Baisse de DGH DGH Dotation globale horaire ) l’Enseignement Public se résigne à respecter les règles du jeu Ministériel, alors que l’Enseignement Privé et Confessionnel devrait faire son examen de concience et éviter le péché de Gourmandise !

Cette adresse au CREA réuni une deuxième fois après boycott a été lue par le Secrétaire Régional du SNETAP-FSU. L’ Administration se trouvait seule face au Privé. La FCPE FCPE Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques était absente.

La décision a été prise de faire cette adresse après les appels SRFD SRFD Services Régionaux de la Formation et du Développement et DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt auprès du Secrétaire Régional qui réclamaient le soutien du Public face au Privé !( les relations DRAAF/SNETAP-FSU sont bonnes !)