Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > RÉSULTATS EXAMENS 2013 : l’échec de la rénovation de la voie professionnelle se (...)

RÉSULTATS EXAMENS 2013 : l’échec de la rénovation de la voie professionnelle se confirme

jeudi 11 juillet 2013

Enregistrer au format PDF

Le Ministère de l’Agriculture a publié le 9 juillet dernier un communiqué annonçant une progression des résultats aux examens 2013. Avec 84,2 %, le taux de réussite global sur l’ensemble des examens est bien en progression par rapport à la session 2012. Si le SNETAP FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire se félicite de ces résultats, ce seul chiffre ne peut être l’arbre qui cache la forêt.

D’abord le ministère souligne uniquement les diplômes dans lesquels on constate une hausse mais il faut aussi remarquer une baisse de 1,79 % en BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole (74 % en 2013 – 75,79 en 2012) et de 1,17 % en Bac Pro (82 % en 2013 – 83,17 % en 2012).
Si pour les BTSA cette baisse peut être relativisée (la session 2012 était en hausse par rapport aux années précédentes), pour les Bac Pro elle est très inquiétante, car elle s’ajoute aux 2,5% déjà enregistrés l’an passé.

Dès le mois de juin 2012, le SNETAP FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire était intervenu pour alerter l’administration sur la baisse importante du taux de réussite au Bac Pro alors que se présentaient les premiers candidats issus du parcours 3 ans. Nous avions également attiré l’attention du ministère sur l’écart des résultats entre les candidats issus du parcours 3 ans et ceux issus du parcours 4 ans.
Aujourd’hui les éléments de la session 2013 du Bac Pro , confirment hélas cette tendance. Notre enquête portant sur un peu plus de 3600 candidats issus de l’enseignement agricole public montre :
* une forte baisse du taux de réussite global en 2013 (- 6,5 points par rapport à 2011),
* un taux de réussite de 77% pour les filières 3 ans contre 90% pour les filières 4 ans (service et hippologie),
* un écart qui se creuse entre l’apprentissage et la formation initiale scolaire,
* des écarts importants entre les filières avec une baisse très marquée sur la filière production.

Si ces données doivent encore être affinées, elles sont suffisamment représentatives pour confirmer dès maintenant l’échec de la rénovation de la voie professionnelle. La DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche ne peut plus seulement se féliciter de l’augmentation du nombre de bacheliers du fait de la réforme du Bac Pro 3 ans. Le SNETAP FSU réaffirme qu’il s’agit d’un effet seulement mécanique avec la disparition du palier d’orientation BEPA BEPA Brevet d’études professionnelles agricoles et que cette réponse de l’administration fait abstraction de la question du décrochage scolaire. Pour le SNETAP-FSU il faut s’interroger sur le taux de réussite en chute et tout particulièrement de l’augmentation du nombre des ajournés.

Lors de son entrevue avec le Ministre de l’Agriculture, le 26 juin dernier, le SNETAP-FSU avait dénoncé le manque de réactivité et de volonté de la DGER et de l’Inspection pour analyser les premiers résultats de la RVP RVP Rénovation de la voie professionnelle . Nous avons rappelé que derrière les chiffres, il y a des jeunes et des familles qui n’ont pas à payer l’échec aujourd’hui incontestable de cette réforme.

Le SNETAP-FSU attend donc l’analyse rapide des résultats à laquelle s’est engagé le ministre, et des conclusions qui devront impérativement être tirées.

Comme l’an passé, il exige d’ores et déjà un déplafonnement des effectifs dans les classes de terminales Bac Pro afin d’accueillir les jeunes ajournés qui souhaitent redoubler.
Ces résultats consacrent après 4 années d’application l’échec des dispositifs d’individualisation tels qu’ils sont conçus dans la RVP.

Dés la rentrée, des dispositifs d’accompagnement obligatoires, cadrés nationalement devront être mis en place pour les jeunes inscrits dans les classes de seconde professionnelle et de première professionnelle tels qu’ils existaient avant que l’administration ne les réduise drastiquement. Cela est d’autant plus important qu’au delà de la baisse des résultats, de nombreux abandons sont constatés durant le cursus de formation Bac Pro.

En tout état de cause, cette situation montre une fois encore la justesse des analyses et des revendications du SNETAP-FSU c’est pourquoi nous réclamons, à l’occasion du prochain exercice structures, la mise en ½uvre de classes spécifiques dans toutes les régions régions permettant aux élèves qui justifient un tel parcours de bénéficier d’une année supplémentaire de formation.

Le SNETAP-FSU considère, au regard des résultats de ces deux promotions que le Ministère de l’Agriculture comme celui de l’Éducation Nationale doivent engager urgemment une refondation de la voie professionnelle comme l’a déjà annoncé Vincent PEILLON.

Paris le 11 juillet 2013